|accueil | programmes | historiquestructure | marque | contact  | ENGLISH |

 

"HÉRITAGE x [R]ÉVOLUTION"

 

Un malletier de la Mayenne (ancien Maine) s'installe à Paris

 

Au début du 16e siècle, Jean Paré, frère de l'illustre Ambroise Paré, chirurgien des rois de France, était un coffretier-malletier établi à Paris, dans la rue de la Huchette, proche de la cathédrale Notre-Dame. Il est né à Bourg Hersent, près de Laval. Un jour il quitte son hameau natal, entreprend un voyage à Paris, et s'installe, tout comme son frère par la suite, dans la Ville Lumière. Des recherches historiques au sujet de Jean ont révélé de petits épisodes de sa vie parisienne, et de son travail anonyme. En effet, pendant de nombreux siècles les malles et coffres n'étaient que rarement signés ou munis du sigle de l'artisan-créateur. C'est au début du 19e siècle que l'usage de dénominations d'entreprise prit un grand essor chez les malletiers ; le nom de famille devenant souvent une marque-étiquette. Puis vint l'avènement des grandes marques, et des illustres Maisons.

 

500 ans plus tard : l'hommage à Jean et Nicolas

 

En 2009, Jean-Pierre Bal, malletier-fondateur de l'école PARÉ, avait lancé en Belgique un projet-pilote d'enseignement du métier de malletier (note : non pas celui de maroquinier), au moyen d'un cursus structuré, invitant et guidant au fil des ans des stagiaires issu·e·s d'écoles d'artisanats apparentés. En 2018, Année Européenne du Patrimoine Culturel, il ouvrit l'école GILBERT en Belgique. Nicolas Gilbert, malletier bruxellois, était un contemporain de Jean Paré. La nouvelle école, première mondiale, prit aussi la forme d'une renaissance. Auparavant, pour apprendre le métier de malletier, c'est-à-dire de la conception et manufacture de malles de voyage, et de malles-écrins pour le transport d'objets précieux, de grand luxe, ou de prestige, il fallait avoir l'opportunité d'intégrer une entreprise malletière, une Maison, pour alors y effectuer un apprentissage menant à la maîtrise, ou être animé d'un élan d'artisan autodidacte, et d'un sens aigu de l'esthétique, de la beauté, ainsi qu'avoir des compétences de micro-entrepreneur.  

 

Plus de 60 années se sont écoulées depuis que la dernière école offrant une formation disons "classique" de malletier, et à Paris qui plus est, abandonna cette filière d'études. Fort de son expérience, M. Bal créa donc une première nouvelle école, belge, d'artisanat d'art malletier. Il avait, de plus, été actif depuis une dizaine d'années déjà dans l'enseignement supérieur en France, dans un autre domaine. Le lancement de la deuxième école, en hommage à Jean Paré, ainsi que de la marque PARÉ, s'en suivit tout naturellement. C'est en quelque sorte un bond de 500 ans, du 16e au 21e siècle, tel un grand voyage qui ne fait certes que commencer... 

 

 

 |accueil | programmes | historiquestructure | marque | contact  | ENGLISH |

L'ÉCOLE PARÉ est une entité au sein de l'INSIL établissement privé d'enseignement supérieur

 

© copyright 2022, OGISPES pour BELMAL, Ecole PARÉ, Ecole des Malletiers Nicolas Gilbert de Belgique et Ecole PARÉ France, Paris, Charleville-Mézières, Reims, Manhay. Tous droits réservés. Reproduction interdite. Mis à jour : 2022-03-10